Forum Économique Breton 2022

EMMANUEL ROLLIN DIRECTEUR IBERDROLA FRANCE & STEPHANE-ALAIN RIOU DIRECTEUR DEVELOPPEMENT IBERDROLA RENOUVELABLES « RÉDUIRE LA DÉPENDANCE ÉNERGÉTIQUE DE LA BRETAGNE ET Y ACCÉLÉRER LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE »

Ailes marines, premier parc éolien offshore au large de Saint-Brieuc, participe pour la première fois au Forum économique breton. Pourquoi ce choix ?

Emmanuel Rollin : Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc contribue significativement à l’économie de la Bretagne. En particulier, il a participé à la création et au développement d’une nouvelle filière industrielle pérenne, celle des énergies marines renouvelables. Pour mémoire, le parc éolien en mer de Saint-Brieuc mobilise plus de 1 500 emplois en France, dont 500 emplois en Bretagne. Nous avons prêté une attention particulière à ce que des composants clés soient fabriqués dans la région, afin de contribuer à la création d’un savoir-faire local. Ainsi, la Bretagne est maintenant positionnée sur ce marché en pleine expansion, en France et en Europe. 
Stéphane-Alain Riou : Depuis 2012, nous avons fait appel à l’expertise de 150 entreprises du territoire pour nous accompagner. Pour n’en citer que quelques-unes, c’est le cas par exemple de l’entreprise Somme qui est intervenue pour la réalisation des études environnementales, ou de Manuport pour la manutention, Sobec, Brest Béton, Marc SA Génie Civil, Navtis pour la fabrication de composants des fondations jack des éoliennes NKE et GISMAN pour les bouées de mesures environnementales ainsi que RTSys, PortaKabin Brest et SODIMAC pour la construction de notre centre de coordination maritime à Pleudaniel...  

En quoi votre projet concourt-il à la stratégie énergétique française ? 
Emmanuel Rollin : Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc contribue au rééquilibrage du mix énergétique national vers plus de renouvelables. Pour rappel, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), qui fixe les priorités d’actions des pouvoirs publics dans le domaine de la transition énergétique, a attribué des objectifs pour la filière éolienne. Pour l’éolien en mer (posé et flottant), l’objectif est d’atteindre 2,4 GW de puissance à fin 2023 et environ 5 GW en 2028. Avec le projet de Saint-Brieuc, la Bretagne contribue massivement à l’atteinte de ces objectifs, puisqu’il s’agit du deuxième parc éolien en mer construit en France.

A-t-il un impact sur le pacte énergétique breton ? 
Stéphane-Alain Riou : Ce projet va permettre d’alimenter 835 000 habitants (soit plus que la population entière des Côtes d’Armor ou toute la Bretagne Nord, de Saint-Malo à Morlaix). C’est une solution pour réduire la dépendance énergétique de la Bretagne et y accélérer la transition écologique. 

Dans quelle mesure le parc éolien contribue-t-il à l’objectif d’indépendance énergétique du territoire  ?
Stéphane-Alain Riou : Aujourd’hui, la Bretagne ne produit que 17 % de l’électricité qu’elle consomme, avec un risque identifié de black-out ! Le parc éolien en mer au large de la baie de St-Brieuc est donc un apport significatif d’électricité pour les habitants et les entreprises de la pointe bretonne ! Pour rappel, la Bretagne importe 83 % de l’énergie qu’elle consomme et doit donc réduire cette forte dépendance, à laquelle le projet de Saint-Brieuc répondra concrètement dans un peu plus d’un an. 
Emmanuel Rollin : Fin 2023, le département des Côtes d’Armor, avec le parc éolien en mer de Saint-Brieuc, sera le premier contributeur en énergie renouvelable de Bretagne, en produisant l’équivalent de 9% de la consommation électrique totale de la Région.