Forum Économique Breton 2022

VALERIE FRÉNÉAT, DIRECTRICE RÉGION OUEST CHEZ MANPOWER « AGIR POUR L’EMPLOI À L’ÉCHELLE DE LA BRETAGNE »

Qu’est-ce qui a motivé la participation de Manpower au FEB ? 

D’abord, une vraie détermination à nous inscrire dans la dynamique des territoires et à répondre aux enjeux que nous traversons. A l’échelle de la région Bretagne, Manpower, c’est 33 agences et 7 cabinets de recrutement, avec des équipes généralistes et d’autres spécialisées sur les marchés tels que : BTP, tertiaire, agroalimentaire, construction navale… La densité de notre maillage territorial, notre présence dans tous les secteurs de l’économie et sur tous les types de contrats nous offrent un regard unique sur l’emploi. D’où notre présence au côté des décideurs réunis dans le cadre du FEB. C’est pour nous une grande fierté de nous associer à cet événement en tant que partenaire RH.

Que vous disent vos équipes des dynamiques de l’emploi dans la région ?
 En premier lieu, il y a les tendances structurelles de pénurie des talents. Le marché de l’emploi connaît également ces derniers mois un véritable basculement. Celui-ci tient à la fois aux nouvelles aspirations des talents, à des situations de pénurie sur certains postes et à l’essor de nouvelles technologies. Dans chacun de ces domaines, la crise sanitaire a agi comme un accélérateur. La Bretagne n’échappe pas à ces tendances de fond, mais elle a ses spécificités. D’abord, c’est un des territoire où le taux de chômage est le plus faible en France. Il est même à son plus faible taux depuis 2008. Malgré le contexte incertain, les recrutements sont repartis à la hausse. Un bon moyen de mesurer cette dynamique, c’est le travail temporaire, où l’activité connaît une hausse de 10 à 30% selon les secteurs et les départements. Cela est vrai pour tous les types de contrats : pour l’année en cours, le BMO (baromètre de l’emploi) table sur 160 000 projets de recrutements dans la région et 7 entreprises sur 10 souhaite au moins un recrutement durable (supérieur à 6 mois).
En Bretagne comme ailleurs, les difficultés de recrutement sont une source de préoccupation et un frein à la croissance. Les dirigeants concernés pointent le manque de candidats et l’inadéquation des profils. Aux nouvelles attentes des candidats en termes de flexibilité et de conditions de travail s’ajoutent des problèmes spécifiquement bretons : difficultés à accéder au lieu de travail, faute de moyens de transport sur certaines zones ; difficultés à se loger, notamment dans les zones côtières où la pression immobilière est la plus forte. 
 Et puis il y a cette dimension qui tient beaucoup à la période : le manque de visibilité. Avant le Covid, beaucoup d’entreprises pouvaient s’appuyer sur des repères saisonniers. Désormais, elles doivent s’adapter aux pics et aux creux d’activité, lesquels dépendent en partie des approvisionnements.

Comment faire pour répondre à la pénurie de profils qui frappe de nombreux secteurs ? 
L’une des clés à nos yeux, c’est la fidélisation des talents. Pour la seule région Bretagne, Manpower s’appuie sur un vivier de talents qui compte plus de 50 000 inscrits. La plupart sont engagés sur le long terme dans le cadre du programme MyPath® : il s’agit d’un accompagnement personnalisé dans lequel chaque candidat est suivi par un Agent de Talents. Ensemble, ils travaillent sur l’employabilité du candidat, dessinent des parcours de reconversion, identifient et comblent les besoins en formation, le tout en adéquation avec les besoins du territoire. Le parcours du candidat est multi-canal avec l’appli « Mon Manpower ». On s’appuie sur le meilleur de la technologie et le meilleur du social pour engager nos candidats dans ce parcours sur-mesure. 
 Côté employeur, la solution réside dans l’adaptation à un environnement où les candidats sont en position de force. En tant que partenaire RH des entreprises, nous les aidons à adapter leurs process de recrutement, en travaillant leur attractivité, en organisant des job dating sur place dans la mesure où les candidats sont de plus en plus sensibles à leur environnement de travail, etc… 

 Et pour favoriser l’accès du plus grand nombre à l’emploi, il y a aussi le travail avec les acteurs de terrain…
Effectivement. C’est dans l’ADN de Manpower que d’inscrire son activité dans une dimension territoriale. Nous croyons dans la force du maillage local et du collectif, c’est pourquoi nous multiplions les initiatives et les partenariats avec des interlocuteurs variés : entreprises, acteurs institutionnels, écoles, associations… 
 Un exemple parmi d’autres : dans l’agroalimentaire, nous nous sommes associés à un pool d’acteurs, dont Pole Emploi, pour monter des ateliers-écoles à destination d’un public éloigné de l’emploi. Citons aussi ce programme d’apprentissage de la langue mis en place avec les missions locales. Dans la plupart des cas, ces formations débouchent sur une embauche. En tout, nous avons formés plus de 700 personnes depuis le début de l’année, en nous appuyant sur des partenariats de ce type. 
 L’innovation est également au cœur de notre stratégie, pour anticiper et travailler aux enjeux d’aujourd’hui et demain. Nous étions présents début juin à Paris au salon de l’innovation Vivatech avec notre Lab Working To Change The World et les start-up RH partenaires. Nous avons proposé une expérience tout à fait singulière, et inédite tant elle nous a immergé au cœur des nouvelles expériences de travail du quotidien, ponctuée par les grands challenges RH de demain en termes de développement des carrières et des compétences, de transformation numérique ou encore d’hybridité du travail avec toute la dimension sociale et environnementale qu’elle implique.